headerphoto

Plein air et Bien être à Itzer, 15-17 avril 2011

 
Photos | Témoignages
 
Par :
   
Abdelillah Ilham
   
 

Il m’est apparu, quoique à postériori, de vous suggérer  le thème : "Plein air et Bien être" pour la rando d’Itzer. Le plein air caractérisant nos randonnées était toujours associé à un bien être quelconque. Mais, le bien être auquel je fais allusion, c’est celui associé à une satisfaction personnelle lié à un geste de réconfort envers autrui. Ce "bien être"  qui a transcendé  sans doute, plusieurs  parmi nous, particulièrement ceux qui ont eu la chance de faire le déplacement à Tatéouine  m’a fait savoir que ce que nous avons gagné dépasse de loin ce que nous avons donné aux  enfants et femmes de ce village.

N’est-il pas vrai que «donner» c’est "recevoir" ; surtout donner aux nécessiteux ?! Rajae et Housna ne me diront pas le contraire. J’étais très touché par leur émotion. Rajae était très émue après avoir constaté l’histoire du jeune écolier qui n’a aucune perspective d’avenir et a observé d’autres faits… Housna, elle  était émue rien qu’en écoutant le récit de Rajae. Le geste que nous avons fait envers cette population démunie n’a rien coûté pour nous mais, il a eu impact certain non seulement sur eux, mais aussi sur nous.

 

près avoir constaté in visu, la réalité dans laquelle vivent ces gens qui se trouvent dans cette situation suite à un simple hasard et à des circonstances qui auraient pu nous maître nous même là dedans, je pense que nous allons réfléchir et penser à eux quand nous ouvrirons le robinet, jetterons des aliments, ou gaspillerons autre chose.  Le long du chemin de retour, au moment que mes covoiturés dormaient, je n’ai cessé de penser à tout ça avec un sentiment d’être fier d’appartenir à la famille Randopédia qui est entrain de s’inscrire dans le développement du tourisme responsable. Je souhaite que les actions sociales  fassent dorénavant, partie prenante des programmes des randonnées.
 

La rando d’Itzer s’inscrivait belle et bien, dans le cadre du tourisme responsable. Non seulement à travers l’action sociale menée,  le ‘’partage’’ qui a été le leitmotiv de l’événement, mais aussi à travers l’utilisation du transport collectif pour contribuer, par le peu que soit-il, à la réduction de l’émission de CO2 ou encore l’achat des produits de l’AFC (couscous, tableaux et autres).

Pour ce qui est du reste, nous avons bien profité du plein air, marché le long de cours d’eau sous de majestueux cèdres, piétiné une pelouse verdoyante et tendre et escaladé (pour certains) le Taghaght pour dominer de son sommet un somptueux paysage. Tout ça sous un ciel clément (la baraka est toujours avec Randopédia bla ta9wass). Le hammam ou la douche ont contribué sûrement à notre bien être physique en contribuant à la dissipation de nos courbatures.

 
 

Le spectacle était inédit. Je ne comprends pas l’amazigh, mais les mélodies accompagnées par "l’outar" joué par Ssi Abderrahmen étaient très émouvantes et je pouvais rester plus pour les apprécier  davantage malgré la fatigue. La bouffe dans certains aspects, a reflété le caractère territorial.   

Ceci dit, merci Soumaya de nous avoir fait vivre tout ça et surtout d’avoir incorporé l’action sociale.  Tu as bien ficelé le programme. Tu as veillé à ce que tout soit parfait, tu te soucias du confort de chacun et tu as même contribué au service. Toutefois, le programme ne serait pas réussi sans la contribution et l’assistance incontournables de notre président Jamal, Abdou, Adil Hidane et Mostafa. Qu’ils soient aussi remerciés pour leurs efforts et veille à aplanir  toutes les difficultés. Aussi, il ne serait pas réussit sans la contribution de toutes les randopédiennes et tous les randopédiens (membres et non membres) par leur présence, bon humeur et esprit positif. Vous étiez toutes et tous épatants(tes).

Nos chaleureux remerciements aux membres de l’AFC à travers leur président Si Mohamed (Moumi) pour n’avoir épargné aucun effort pour nous rendre le séjour agréable, malgré leurs moyens très limités. Ils nous ont offert le meilleur de ce qu’ils possèdent. Ils nous ont hébergés chez eux en faisant preuve d’une générosité exemplaire. Nous ne saurons les remercier assez.
Je remercie Younès qui m’a débarrassé de mon sac à dos. Sans ça, je n’aurais été arrivé au sommet du Taghaght.

Je saisi cette occasion pour souhaiter une autre fois, un joyeux anniversaire à Zhor et à Kaoutar et pour féliciter Salwa pour le sublime poème. Salwa, tu as tenu ta promesse !
Enfin, je ne regrette pas ma participation à la rando d’Itzer malgré l’avis contraire du médecin qui m’a proscrit tout mouvement à cause de mes maux de dos.


Abdelillah

Témoignages