headerphoto
COMPTE RENDU DE LA RANDONNEE DE MOULAY BOUSSELHAM
 
Détente, tranquillité, ambiance, découverte, ... => vers Moulay Bousselham
 
Guide | Gîte | Photos
 
Par :
 
Firdaous
Sanae
 
 

Le 4-5-6 Février 2011, nous avons profité du beau temps pour partir à la découverte de Moulay Bousselham. Situé à 70 km au nord de la ville de Kénitra et à 35 km au sud de celle de Larache, ce village balnéaire qui fait partie du territoire de la province de Kénitra (cercle de Lalla Mimouna) est avant tout une zone touristique par excellence. Le site est apprécié pour ses plages et sa lagune, riche en milliers d'oiseaux qui vivent dans la Merja Zerga.

Vendredi 04 Février : L’arrivée au gîte ‘les hiboux’ fut aux environs de 21h avec plus ou moins quelques retards. Le groupe, arrivant depuis Rabat, Casablanca et Kenitra, a été accueilli par un thé de bienvenu servi dans des tentes dressées dans le jardin du gîte. Un bon feu de camp nous a permis de se tenir au chaud et a rendu l’atmosphère plus douce. La sympathie et la vivacité des randopédiens étaient également source de chaleur. Après le rassemblement de tous les participants, un diner bien appétissant nous a été servi. Au menu : salade variée, palourdes  et tagine aux légumes et poisson. hhhmmm un vrai régal !

Le lendemain matin à 9h, nous avons commencé notre randonnée. En longeant un chemin de quelques mètres du gîte dans lequel nous logions, nous avons aboutit à un adorable petit port. Une vingtaine de barques étaient accostées à la plage et des pêcheurs vendaient leurs poissons juste à côté.  Après une petite traversée vers l’autre rive de la lagune qui s’étale sur 9 km de longueur et 5 km de largeur et dont 98% de l’eau la constituant provient de la mer (eau salée), nous avons entamé une marche assez soutenue d’une dizaine de kilomètres. Nous avons profité du beau soleil et admiré pleinement le beau paysage qui s’offrait à nos yeux : les eaux bleues de la lagune, les dunes de sable doré, les oiseaux… un vrai havre de paix ! Nous avons eu également la chance d’avoir un guide excellent « Mr.Abdelilah », ornithologue entre autre, qui, grâce à lui, nous avons appris plein de choses sur la faune et la flore de la région. En effet, le guide nous raconta une histoire (vraie) où les héros se nomment flamants roses, hérons cendrés, spatules, oies cendrées, canards siffleurs …et le désormais sédentaire hiboux du Cap était également de la partie. 
Sur notre chemin, nous avons fait une petite escale chez un habitant du village : Mr. Jelloul, un homme dans sa 9ème décennie qui est le seul habitant de la région qui tisse encore des tapis à base de Juncus acutus.


Vers les environs de 14h, la faim a commencé à se faire sentir. Nous nous sommes posés sous l’ombre de quelques arbres et dégusté le menu complet qui a été offert à chacun. Une fois rassasiés, et avant que la fatigue ne prenne place, nous avons poursuivi notre chemin, mais cette fois ci, changement de décors : 10 km au bord de la mer. La ballade dans cette nouvelle vue qui, bien que un peu fatigante vu la difficulté de la marche sur le sable, mais rafraîchissante et nous a redonné un vrai sens de vivacité et de ravissement. Le son des vagues, le bleu de la mer et celui de l’horizon, l’air marin … tout y était pour oublier un peu le stress citadin et toutes les préoccupations de la vie quotidienne.

Après avoir parcouru une dizaine de kilomètres au bord de la plage, nous arrivâmes juste avant le coucher du soleil pour traverser la lagune et retourner à l’autre coté du village. En effet, un gros soleil d'hiver, rouge à souhait, comme une énorme boule incandescente dans le ciel commençait à sombrer dans les eaux de Moulay Bousselham. C’était tellement extraordinaire que même en réunissant tous les mots de Larousse, je ne pourrai vous décrire la vue ensorcelante avec le reflet du soleil sur les maisons qui donnaient sur la mer ….

 

L’arrivée au gîte fut aux environs de 18h. Après avoir savouré une Harira bien chaude, nous nous sommes rués vers les douches ou mieux, vers le hammam pour quelques randopédiens voulant avoir une détente meilleure. 

Vers 21h, un bon diner nous a été servi comprenant une entrée gourmande, un plat appétissant de crabes et un tagine de poulet aux olives. Juste après, nous nous dirigeâmes vers l’hôtel ‘le lagon’ pour y passer notre soirée. Au programme, karaoké, dakka marrakchia animée par un groupe de petits musiciens du village et quelques anniversaire à fêter : celui de Sofia, Firdaous, Soufane, Farid, Ilham S. et Moustapha.


Une fois la soirée terminée, une autre soirée ne faisait que commencer pour certains ! Quelques randonneurs avides de discussions ont prolongés leur soirée sous les tentes jusqu’au petit matin malgré la fatigue de la journée !


Dimanche 6 Février, le réveil fut un peu difficile mais toujours dans la bonne humeur. Vers les environs de 11h, nous nous sommes dirigés vers la lagune pour une bonne traversée de 2h.  Sous un beau soleil, nous avons savouré les bons moments passés à la barque à admirer les oiseaux et les différentes plantes entourant la lagune. Tout au long du parcours, nous avons aussi bénéficié de la généroristé et le savoir de notre guide qui a eu l’amabilité de nous doter d’informations et enrichir notre répertoire informationnel par plusieurs informations concernant les oiseaux et les plantes de la région ainsi qu’un aperçu sur l’histoire de Moulay Bousselham. Vers 15h, nous avons pris notre déjeuner dans un restaurant du coin.  Et Au menu : Pas la peine de deviner !... Du poisson bien sûr ! Cette fois ci, nous étions gâtés par un menu diversifié (des soles et des anguilles, …). Nous avons donc fait durant cette randonnée le tour des poissons.


Vers le coup de 17h, le séjour a pris fin et les aux revoirs  se sont faits. Chacun a quitté Moulay Bousselham avec en tête pleins d’agréables souvenirs et de bons moments partagés ! Une belle aventure à refaire ! Merci Monsieur le Président de Randopédia …To be continued ...

 

Firdaous & Sanae

 
 

Merja Zerga éclogiquement menacée 

Plusieurs facteurs menacent l’équilibre écologique de la Merja Zerga, site primordial d’escale pour les oiseaux migrateurs. La régression des caractéristiques écologiques et biologiques de ce site naturel est imputable à :

-  L’exploitation abusive des ressources (halieutiques, eau, agricole, …) de la Merja ;

-  Le nombre de barques qui est en perpétuelle augmentation, ce qui engendre la pollution de la lagune ;

-  Exploitation excessive de la lagune ;

-  Les déchets agricoles en particulier le plastique et les déchets ménagers ;

-  Braconnage qui est à l’origine de la fuite des oiseaux migrateurs et particulièrement les flamants roses.

 

Abdelilah Meknass

Guide professionnel, spécialisé en ornithologie

Téléphone : 0667 91 70 17

   

GITE LE NID DU HIBOU, CHEZ KHALIL

Adresse : village des pêcheurs.

Téléphone : 0663 09 53 58